Absence

Publié le par Estelle

Ce soir est un soir un peu particulier.
Mon coloc a déserté.
Eh oui!
Le veinard.
Il a osé................................................prendre des vacances!
Avouez que c'est clairement in-a-cc-ep-ta-ble ça, vous êtes d'accord?!

Et pour une semaine en plus. Si, si. J'vous jure.

Bon.

Alors que fait-on dans ces cas là. On y pense pendant la journée, on se dit  "ce soir, je rentre, et il n'y aura personne pour m'accueillir avec un sourire et un "salut, ça va?"", alors, forcément, on déprime un peu. Pas longtemps.
Une fois rentrée, je prends mes aises, je me sers des pâtes bolo qu'il a eu la ***gentillesse*** de me laisser pour le repas de ce soir.
D'ailleurs...puisque nous y sommes, parlons en un peu, de ces pâtes bolo (j'entends déjà mon coloc dire "ro naaaan t'as pas parlé de ça??"). Sisi.

En lisant ces lignes, tout individu normalement constitué se dirait,  "pâtes bolo, mmm" en se frottant vigoureusement le ventre.
Moi pas.

Voyons pourquoi.

En août, nous avions aidé à organiser l'après-midi barbecue qui avait lieu dans notre résidence, et comme nous étions un des appartements les plus proches dudit barbecue, nous avions accepté la lourde responsabilité de stoquer les steaks dans notre congélateur jusqu'à ce que le reste de viande soit épuisé.
Le temps passe, le soleil se couche, et on remballe tout après une après-midi fort agréable.

Quelques jours plus tard, j'ouvre le congélateur.... "Les steaks! Oh naaaan ! Jeff ! "

Voilà, d'ou l'adage "steaks acceptés, steaks à manger".
Et pas deux / trois steaks.
Nan.
Dix / vingt plutôt.

Depuis l'histoire de la vache folle, je raffole nettement moins de viande hâchée, d'ou mon cri de désespoir en me rendant à l'évidence: il allait falloir se les descendre, ces steaks.
Vous comprendrez mon désarroi, j'en suis sûre.

Alors que je demandais à Jeff d'un air désespéré comment on allait bien pouvoir liquider ces steaks, il me répondit le plus naturellement du monde: "ben on va bien trouver...des pâtes bolo par exemple". Notez l'ingéniosité du garçon.

Alors depuis ce jour béni ***attention ironie*** ou nous avons accueilli ces braves steaks chez nous, il s'est rarement passé une semaine ou nous ne mangions pas des pâtes bolo. Toutes les sauces tomates y sont passées, de la plus "cheap" à la plus "bio". Je dois dire que je n'y ai pas vraiment vu de différence, une pâte bolo reste une pâte bolo (ouch..attention je vais me mettre à dos l'association de protection de la pâte bolo...).

Souvent, le coup de la pâte bolo, c'était pour les soirs ou ni l'un ni l'autre n'avait envie de se creuser les méninges pour savoir ce qu'on allait manger. Souvent aussi, quand je demandais à Jeff s'il avait prévu quelque chose pour le repas, je prenais bien le soin de rajouter toutdesuiteaprès "et ne me dis pas : pâtes bolo!!".
Il y eut quelques fois ou j'ai eu droit à un "et riz bolo?", mais le silence qui a suivi parlait de lui même.

Tout celà pour dire que bon, ce soir en rentrant, après une journée fatiguante, je trouve sur la plaque deux casseroles, et je me dis:
"Rooo, il est quand même trop mon coloc, il m'a même laissé à manger pour ce soir!".
J'ai regardé de plus près...."ah...des pâtes bolo...."
.....
J'a-i-m-e les attentions de mon coloc. Cette soirée n'aurait pas été ce qu'elle est sans les pâtes bolo.

Revenons à nos ptits moutons.

Donc, que fait on quand un coloc a déserté, et qu'en plus comme cadeau de départ, il vous laisse des pâtes bolo?

Et bien on déprime. On déprime, on traîne ses guêtres dans l'appartement, la larme à l'oeil, en mémérant que manger des pâtes bolo un vendredi soir toute seule, c'est po une vie ça, non! (qui a dit "elle exagère?" Tu sors!)

Mais bon comme ça va bien cinq minutes ce genre d'attitude, on se sert un verre de vin, on met la radio à fond,  et on se love dans le canapé. Ah, la belle vie... je peux enfin écouter Patrick Juvet et la compagnie créole à l'envi (toi, au fond, qui a gloussé, tu crois que je t'ai pas entendu? tu sors aussi)



En réalité, (mais chut faut pas le dire) je ne serai pas seule cette semaine.
Je serai accompagnée d'une autre membre de l'association CDA (les "colocs délaissés anonymes"). On va se soutenir toutes les deux.
Et puis si ça ne suffit pas, comme dirait si bien mon cher coloc au sens de l'humour toujours plus aiguisé: "tu seras pas seule puisque tu as tes plants de tomate".

Merci Jeff. Et bonnes vacances hein.  

Note - le blog a déménagé ici: http://www.estelle-en-irlande.com/
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Estelle 29/04/2006 01:08

Merci pour ton message, Cédric :)Elodie, je vais voir ça, je te recontacte.

elodie buhagiar 14/04/2006 15:50


Bonjour ,
 
Je vous contacte dans le cadre de l’émission « Le Monde au Quotidien » diffusée du lundi au vendredi de 11h30 à 12h30 sur direct8 que je prépare actuellement.
Le concept est le suivant: Comment vit-on aujourd'hui à Hong Kong, Vancouver, Rio Di Janeiro Dakar,Bratislava etc.? Quels sont les points d'interrogations à la même seconde quelque soit l'endroit où nous nous trouvons ?
Nous nous mettons en contact avec des francophones qui vivent à l'étranger et qui nous parlent en direct via webcam et téléphone de la vie quotidienne là où ils se trouvent.Nous nous intéressons à tous les profils,du moment que les personnes parlent bien français et connaissent bien l'endroit où elles vivent pour pouvoir nous offrir un témoignage intéressant.
Le principe est simple : le présentateur, en plateau, est en liaison directe via webcam et téléphone, pendant trente minutes, avec un Français ou un Francophone vivant à l’étranger. Un dialogue s’établit pour parler de la vie là-bas, des traditions, du quotidien, de ce qui fait la spécificité de la ville… Des photos numériques - que l’invité webcam nous aura envoyées au préalable - servent à illustrer le propos(photos de scènes typiques de la vie quotidienne : un marché, des gens à vélo dans la rue, un spectacle de rue, des taxis, des étals d’un marché, des danses traditionnelles, des vitrines de magasins, des façades de bâtiments typiques, tout dépend de la ville en question etc) .
J’aimerais savoir si vous souhaitez vous exprimer ou si connaissez des personnes qui pourraient témoigner de ce qu'elles vivent au quotidien en Irlande.
Les conditions techniques pour participer à l’émission sont les suivantes : il faut avoir accès à un téléphone, un PC (et non un MAC) avec le logiciel MSN Messenger 7.5, une webcam, ainsi qu’une adresse Internet hotmail.com, hotmail.fr ou msn.com. Le son passe par téléphone et l'image par webcam.
Vous pouvez vous renseigner sur le site de la chaîne, et regarder l’émission « Le Monde au Quotidien » sur www.direct8.fr du lundi au vendredi de 11h30 à 12h30 heure française. Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce mail et me tiens à votre entière disposition pour tout complément d'information.
cordialement,
Elodie Buhagiar (0) 1 46 96 49 79

Cédric 11/04/2006 09:52

Salut,
je suis tombé sur le site par hasard et j'ai taffé avec Jeff chez HP (pendant quelques mois), bonne continuation !!

Jef ou John-Paul III 18/11/2005 19:19

Me demande de quel Jeff elle veut parler ? Des fois, (je dis bien des fois), j'ai l'impression de m'identifier à lui :)

Maman Bulle 15/11/2005 15:46

Merci pour ton com et bonne semaine :)